« Mois de mai, mois de Marie »
 
 
 
 
 

Enfants, nous avons tous chanté le « joli mois de mai »...

En effet, en mai le printemps s'accomplit. Le muguet et plus encore les roses, les lys... toutes les fleurs abondent, ainsi que les premiers fruits toujours savoureux : fraises, cerises, et bien d'autres, fruits et fleurs, tous, délicieusement colorés. La nature est en fête ! Nous le sommes aussi… Pas surprenant que nous ayons envie de chanter, et naturellement de chanter Marie, notre Mère du Ciel.

Dans la Rome historique, le mois de mai était à éviter pour les mariages : on craignait des esprits maléfiques et la stérilité...

Cela a perduré...

Actuellement, on se marie en avril ou en juin, mais on évite les mariages en mai ! Pourtant en mai, on savait faire la fête – dans le midi surtout : on plantait un « mai » sur la place du village pour honorer une personne et au son des fifres et du tambour, garçons et filles « viraient le mai » !

Vers la fin du XVIIème siècle, on commença à célébrer joyeusement Marie, sans idolâtrie bien sûr. L'idée serait venue de Rome, une initiative des jésuites...

Louise de France (fille de Louis XV) favorisa la promotion de ces célébrations dans notre pays, malgré bien des oppositions (en particulier les jansénistes et le clergé constitutionnel). En 1815, le Saint-Siège décida d'assortir d'indulgences de telles célébrations pourla Viergedurant le mois de mai... C'est ainsi que le mois de mai devint le mois de Marie !

Quoiqu'il en soit, encore de nos jours, de nombreuses « petites fêtes » sont organisées en mai, autour de Marie, dans les paroisses rurales surtout, souvent avec récitation du chapelet. On parle dans l’Église de mois « dédicacé » à Marie – comme d'autres mois sont dédicacés à Saint Joseph (mars), au Sacré-Cœur (juin), au Précieux Sang (juillet)... ainsi de suite… presque tous les mois sont « dédiés ».

Extrait du Catho 47 n°91

Connaître le bulletin diocésain

 
Page suivante : La fraction du pain