Le baptême des « tout-petits »
 
 
 
 
 

Une polémique récente a pu nous interpeler... En deux mots voici les faits : un prêtre a refusé d'accéder à une demande de baptême ! Motif, la famille n'a donné aucune suite au baptême des deux aînés, qui n'ont donc aucune formation religieuse...

On comprend le prêtre, et son sentiment de frustration devant tant d'incohérence... La famille qui avait fait ce pas sans doute difficile, s'est sentie rejetée... C'est bien dommage, c'est un manque de « rencontre », c'est à dire d'échange et de dialogue vrais. Nous n'avons pas toutes les données, souhaitons qu'une solution soit trouvée...

Mais que dit le droit canon ? Le baptême des enfants est subordonné à deux conditions :

Le consentement d'au moins un des parents.

Qu'il y ait un espoir fondé que l'enfant soit élevé dans la religion catholique. Sinon, il faut différer le sacrement.

Le baptême est sérieux ; parents, parrain et marraine s'engagent pour l'enfant ! C'est bien plus qu'une tradition familiale ou l'occasion d'une fête ! Pour l'Église le baptême c'est le « oui » de l'homme à Dieu... mais aussi, le « oui » de Dieu à l'homme.

Extrait du Catho 47 n° 49

Connaître le bulletin diocésain