Être diacre
 
 
 
 
 

Diacres permanents : dans la société et dans l'Église

Le Comité national du diaconat définit en détail la fonction, plutôt méconnue, de diacre permanent.

Un diacre permanent est un ministre de l'Église catholique qui a reçu le sacrement de l'Ordre pour collaborer avec l'évêque. Le terme « permanent » permet de le distinguer du diacre qui se destine au presbytérat. De fait, le ministère des diacres existe depuis les premiers temps de l'Église, mais depuis plusieurs siècles et jusqu'au Concile de Vatican II, le diaconat ne subsistait plus dans l'Église latine qu'au titre d'étape vers le ministère de prêtre.

Le ministère est permanent, mais il se concrétise par des missions particulières données pour un temps et révisables. Comme le prêtre, le diacre est « incardiné » dans un diocèse (c'est-à-dire rattaché à lui) : celui dans lequel il a été ordonné ou celui dans lequel il a fixé sa nouvelle résidence. Le diacre reçoit sa mission directement de son évêque, pour aider celui-ci dans sa charge, au service de l'Église particulière qu'est le diocèse. Il lui promet obéissance lors de son ordination. Les diacres peuvent dépendre de prêtres dans le cadre de certaines de leurs missions ; l'inverse est aussi possible. Mais le diacre n'est pas un suppléant du prêtre.

Interpellation ou présentation ?

L'appel d'un chrétien à un ministère d'Église peut retentir de diverses façons : plutôt intérieur (on ressent un appel) ou plutôt extérieur (on est interpellé). Parfois les deux approches interfèrent... L'Interpellation est la plus courante en France pour l'appel au diaconat permanent. C'est la communauté des croyants (des groupes ou des personnes) qui sollicite des hommes pour le ministère diaconal, en fonction des besoins de la diaconie de l'Église diocésaine et des aptitudes aperçues chez tel et tel homme.

Lorsqu'un homme est remarqué comme susceptible de convenir au diaconat, ce sont les instances diocésaines qui décident ou non de l'opportunité de l'interpeller, et de qui devra le faire. Si l'homme est marié, le sacrement de mariage ne devant en aucun cas souffrir d'une éventuelle ordination au diaconat et l'épouse devant se sentir pleinement consentante, c'est alors au couple qu'il faut poser la question.

À l'inverse, par la Présentation, c'est l'intéressé qui se propose de lui-même au discernement de l'Église. Celui qui pense avoir ainsi entendu un appel du Seigneur se présente auprès de l'évêque ou de ses délégués au diaconat.

Dans tous les cas, le candidat sera invité à entrer en discernement dans un groupe de recherche afin de découvrir ce que le Seigneur attend de lui. Il y a aussi des conditions préalables pour devenir diacre. Un homme marié doit avoir 35 ans accomplis et au moins dix ans de mariage lors de l'ordination. Un homme célibataire doit avoir déjà fêté ses 25 ans lors de l'ordination. Un diacre célibataire s'engage à le demeurer, et un diacre marié s'engage à ne pas se remarier s'il devient veuf.

Le discernement et l'accompagnement

Le cheminement débute donc (y compris pour l'épouse, le cas échéant) par une ou deux années de discernement, dans un groupe de recherche, afin de vérifier et d'approfondir la vie spirituelle. Pour les épouses, il s'agit de trouver la liberté spirituelle de dire oui ou non en connaissance de cause à la perspective de l'ordination. Par ailleurs, un accompagnement personnel par un conseiller spirituel est indispensable.

À l'issue de ce discernement, confirmé par une commission diocésaine de discernement, et s'il accepte (ainsi que son épouse) de poursuivre, l'homme entre en formation. Dès ce moment ou un peu plus tard, il va demander à l'évêque d'être « admis comme candidat » au diaconat.

Vient ensuite la période de formation, qui est un temps de croissance humaine, spirituelle et ecclésiale, et non pas un simple cursus d'études.

Les étapes vers l'ordination

La pratique la plus courante, même s'il existe quelques variantes selon les diocèses de France, est la suivante: présentation spontanée ou réponse favorable à une interpellation ; une ou deux années de discernement dans un groupe de recherche ; décision de demander l'entrée en formation, et acceptation par les responsables ; entrée en formation initiale pour 3 ou 4 années. Au cours de la première ou la deuxième année, est constitué un dossier de candidature et une demande écrite est envoyée à l'évêque pour être admis comme « candidat au diaconat » ; avant l'admission liturgique parmi les « candidats au diaconat ». Un groupe ou équipe d'accompagnement est constitué en général vers la deuxième année.

Vient ensuite les étapes suivantes : lettre à l'évêque pour demander l'ordination ; appel officiel de l'évêque (le seul véritable appel au sens plein du terme) ; réception des ministères institués de lecteur et d'acolyte ; ordination au diaconat (au moins 6 mois après les ministères institués).

Le rôle des diacres

La vie professionnelle et les divers engagements des diacres permanents sont pour eux des lieux d'exercice de leur mission, car ils y témoignent ainsi de la présence aux hommes de l'Église. Ils ont aussi un rôle dans la liturgie eucharistique. Parmi les principaux rites dévolus au diacre, il y a ainsi l'accueil de l'assemblée, la proclamation de l'évangile (voire homélie) après bénédiction par le célébrant, les intentions de prière universelle, la préparation de l'autel et des offrandes, l'invitation à se donner la paix et la fraction de l'hostie etc. Comme tous les ministres ordonnés, le diacre prend, le jour de son ordination, l'engagement de prier. Concernant sa participation à la vie paroissiale, il faut noter que  le ministère d'un diacre n'est pas circonscrit à une paroisse. Selon sa lettre de mission et ses disponibilités, il peut parfois célébrer dans sa paroisse des baptêmes, des mariages ou des funérailles, et donner l'homélie.

Site du diaconat national

Délégué diocésain : M. Hervé GOUILLARD