Les Saints Fondateurs
 
 
 
 
 

Saint Vincent, diacre et martyr - vers 250

Saint Vincent fut supplicié et exécuté pour s'être opposé à une fête païenne solaire près du mas d'agenais. Il fut l'objet d'une grande vénération.

fêté le 9 juin

Saint Caprais, premier évêque d'Agen et martyr - vers 270

Saint Caprais, fils d'un fonctionnaire romain d'Agen, subit le martyr au temps de l'empereur Aurélien pour avoir refusé à la religion d'État (monothéisme solaire d'inspiration orientale).

fêté le 20 octobre

Sainte-Foy, vierge et martyre - vers 290

Sainte Foy naquit vers 290 à Agen et appartenait à une famille noble gallo-romaine. Elle fut instruite des vérités de la foi par sa nourrice. Par la suite, elle demanda à saint Caprais de la baptiser à l'insu de sa famille. Elle consacrait son temps à prier et à secourir les plus nécessiteux. En 303, Dacien, préfet d'Agen, relança les persécutions contre les chrétiens en promulguant un édit « tout chrétien doit être dénoncé et sera châtié sur le champ ». Elle fut dénoncée par son père pour s'être déclarée chrétienne. Elle subit l'épreuve du lit d'airain pour être brûlée, mais la pluie éteignit le feu. Elle fut décapitée le 6 octobre.

Son corps fut enseveli dans la chapelle du Martrou. Ses reliques furent transférées dans une basilique construite en son honneur par saint Dulcide.

Voyant la notoriété de l'abbaye de Conques périclitée, les moines décidèrent de dérober les reliques de sainte Foy. Ceux-ci y parvinrent en 866 et ne furent pas condamnés. En effet, la légende veut qu'en ramenant leur larcin, un miracle se produisit : un aveugle retrouva la vue en touchant le sac contenant les reliques de la sainte.

Depuis le 14 janvier 866, les donations affluent au monastère de Conques. Notons entre autre que le miracle de l'aveugle Guibert, vers 985 entraîne des foules venues de l'ensemble du pays vers Conques.

voir l'année jubilaire sainte Foy 2003-2004

fêtée le 6 octobre

Saint Phébade, évêque d'Agen - vers 345

Saint Phébade fut le premier évêque connu d'Agen. Il dut sa notoriété au combat qu'il mena aux côtés de saint Hilaire contre l'arianisme et le pouvoir politique romain.

En effet, de 360 à 385, les évêques d'occident provoqués par l'avancée de l'arianisme, eurent à réfléchir sur ce qu'ils pouvaient dire de Dieu.

Saint-Phébade se situe dans ce créneau historique et fut l'un des principaux acteurs de cette réflexion.

Voici sa profession de foi
« Il faut s'attacher, comme nous l'avons dit, à la règle de foi que le Fils est dans le Père, que le Père est dans le Fils : qui reconnaissant une seule substance en deux personnes, donne la notion exacte de l'économie du mystère dans la divinité... Donc le Père est Dieu et le fils est Dieu parce que en Dieu le Père il y a Dieu le fils.

Pour ne scandaliser personne, j'ajoute que l'Esprit procède de Dieu, d'autant que Dieu qui a une seconde personne, en a une troisième dans le Saint-Esprit... Aussi l'Esprit est autre que le Fils de même que le Fils est autre que le Père. Ainsi il y a une troisième personne dans l'Esprit comme il y une seconde dans le Fils ; tout cela ne forme qu'un Dieu : les trois ne font qu'un.

Voilà ce que nous croyons, voilà ce que nous tenons, parce que nous l'avons appris des prophètes. Voilà ce que les Évangiles nous ont enseigné, voilà ce que les Apôtres nous ont transmis, voilà ce que les martyrs ont confessé dans leurs tourments ; voilà la foi qui est gravée dans les cœurs, et si un ange, descendu des cieux, nous annonce le contraire, nous lui dirons : anathème ».

fêté le 26 avril

Saint Maurin, lévite et martyr - vers 450

Saint Maurin naquit à Agen au moment où l'hérésie arienne dominait la ville. Il fut confié à l'évêque de Capoue à Saint-Germain qui l'instruisit tant des lettres profanes que les Écritures. Élevé à la dignité de lévite, il revint à Agen où il fut accueilli en triomphe. Aussitôt il se mit à prêcher dans les villes et les villages de la moyenne Garonne jusqu'à Lectoure, bravant l'interdiction à tous les prédicateurs chrétiens portée par le préfet de la cité.

Celui-ci fit arrêter saint Maurin, le soumit à divers supplices sans succès. Enfin, il fut décapité près de l'endroit où l'on construisit plus tard l'abbaye qui porte son nom.

fêté le 25 novembre

Saint Dulcide, évêque d'Agen - vers 540

Saint Dulcide construisit une basilique dédié à saint-Caprais. Et, fut surtout connu pour son zèle pour le culte de nos saints et son immense charité envers les pauvres, les malades et les malheureux.

fêté le 16 octobre

 
Page suivante : Les évêques d'Agen