Présentation de l'exhortation apostolique "Sacramentum caritatis" par Mgr Hubert HERBRETEAU, avril 2007
 
 
 
 
 

Un an après son encyclique Deus caritas est, le pape Benoît XVI vient de publier le deuxième texte important de son pontificat : Sacramentum caritatis. Cette Exhortation fait la synthèse du travail des évêques réunis en synode à Rome, en octobre 2005.

Elle nous invite à renouveler notre compréhension de l'eucharistie et à améliorer notre manière de célébrer. Je vous invite vivement à vous procurer ce texte, à le lire seul ou avec d'autres chrétiens. J'attire votre attention sur quelques points.

Le lien avec Deus caritas est

J'ai beaucoup apprécié, tout d'abord que Sacramentum caritatis se situe dans une continuité avec d'autres textes importants et avec ce qui s'est produit au cours de ces dernières années dans la vie de l'Église (le Jubilé de l'an 2000, l'année de l'Eucharistie en 2004-2005). Le pape indique d'emblée son propos : « Je désire surtout recommander dans le présent document que le peuple chrétien approfondisse la relation entre le Mystère eucharistique, l'action liturgique et le nouveau culte spirituel qui vient de l'eucharistie, en tant que sacrement de l'amour. Dans cette perspective, j'entends mettre la présente Exhortation en relation avec ma première Encyclique Deus caritas est, dans laquelle j'ai parlé à plusieurs reprises du sacrement de l'Eucharistie pour souligner son rapport à l'amour chrétien, en référence soit à Dieu, soit au prochain... » (n°5).

L'Exhortation se présente en trois parties qui se répondent et s'éclairent l'une l'autre : l'Eucharistie, Mystère à croire, l'Eucharistie, Mystère à célébrer, l'Eucharistie, Mystère à vivre. Tout au long du document, les réflexions théologiques ou spirituelles renvoient à des situations pastorales et mêmes à des orientations pratiques.

L'eucharistie et les autres sacrements

Centrée sur l'amour trinitaire et l'amour de Dieu pour les hommes, l'Eucharistie est perçue dans son lien fondateur avec l'Église et dans son rapport avec chacun des sept sacrements, notamment ceux de l'initiation chrétienne.

S'agissant, par exemple de l'onction des malades et de l'Eucharistie proposée à ceux qui vont quitter cette vie (viatique), le pape insiste : « L'attention et le soin pastoral envers ceux qui sont malades rejaillissent sûrement en bénéfice spirituel pour toute la communauté, sachant que ce que nous aurons fait au plus petit, nous l'aurons fait à Jésus lui-même (cf Mt 25, 40) » (n° 22).

Pour ce qui est de la relation entre Eucharistie et mariage sacramentel, Benoît XVI rappelle que l'Eucharistie est le sacrement qui « fortifie d'une manière inépuisable l'unité et l'amour indissolubles du mariage chrétien » (n° 27). Le pape aborde aussi le problème des personnes divorcées remariées. Il précise que, malgré leur situation, elles sont toujours membres de l'Église et qu'on leur doit une attention particulière, un soutien pastoral. Il souligne les différentes possibilités qui leur sont offertes de continuer à participer à la vie de l'Église, à la messe mais sans recevoir la communion.

Je vous invite aussi à vous attarder sur ce que dit le pape à propos de lien entre Eucharistie et sacrement de la Réconciliation.

Le prêtre et l'eucharistie

Le développement sur l'Eucharistie et le sacrement de l'Ordre mérite aussi attention. Les ministres ordonnés agissent au nom de toute l'Église lorsqu'il présente à Dieu la prière de l'Église et surtout lorsqu'ils offrent le sacrifice eucharistique. « Ils ne doivent donc jamais se mettre au premier plan, eux-mêmes ou leurs opinions, mais Jésus Christ. Toute tentative de se poser soi-même comme protagoniste de l'action liturgique contredit l'identité sacerdotale » (n° 23).

À la suite de cette affirmation, le pape rappelle le sens profond du célibat sacerdotal. Il ne faut pas comprendre celui-ci seulement en termes fonctionnels. Mais il est « indentification au cœur du Christ Époux », « signe exprimant le don de soi total et exclusif au Christ, à l'Église et au Règne de Dieu » (n°24).

La manière de célébrer

La deuxième partie de l'Exhortation concerne directement l'art de célébrer. L'accent est mis sur la beauté de l'architecture, des chants, de l'espace liturgique. Le pape souligne l'unité de l'action liturgique, l'importance de la structuration de la célébration.

Pour favoriser la participation active, pleine et fructueuse du peuple de Dieu tout entier à la célébration eucharistique, le document, dans la ligne du Concile Vatican II, propose beaucoup d'aspects pastoraux pratiques. Pour les grandes célébrations internationales, le pape conseille un recours plus fréquent au latin et au chant grégorien.

Les implications sociales du Mystère eucharistique

Ce dernier point est à méditer longuement. En cohérence avec le Mystère eucharistique, chaque fidèle est appelé à une profonde conversion de sa propre vie. C'est le passage où le pape évoque les valeurs non négociables et où il affirme que les responsables politiques et les législateurs catholiques doivent « présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine » (n°83).

L'Exhortation invite à se faire pain partagé pour les autres, à travailler pour un monde plus juste et plus fraternel, à être vigilant par rapport à la sauvegarde de la création. L'Eucharistie conduit à réfléchir sur des sujets actuels et appelle à la responsabilité.

Connaître en intégralité l'exhortation apostolique Sacramentum caritatis