Départ des soeurs de l'évêché, septembre 2014
 
 
Les Servantes de l'Agneau de Dieu quittent le diocèse, après 20 ans de présence.
 
 
 
En septembre 1993, Mgr Saint Gaudens fait un appel aux Supérieures Majeures afin d’obtenir une communauté pour l’accueil à l’évêché d’Agen. Le 8 septembre 1994, l’Institut des Servantes de l’Agneau de Dieu de Brest répondait à cette demande.

"Nous étions alors trois sœurs à terminer notre travail professionnel et nos divers engagements. Nos responsables nous ont proposé, comme une retraite « active », ce service de l’Église d’Agen, que nous avons accepté sans trop savoir en quoi il consistait !

Que de découvertes à faire !
La vie de l’Église du Lot et Garonne, le fonctionnement d’un évêché…
La découverte du département, sa géographie, ses réalités humaines, économiques et sociales, son histoire…
La mentalité des gens de ce terroir, si proche du midi !
Nous arrivions de Nantes, et seuls les pruneaux d’Agen et les tomates de Marmande nous étaient connus.

Vingt ans après, nous pouvons dire que cette présence au cœur du diocèse nous a situées au cœur de l’esprit de l’Institut.

Nos textes fondateurs l’expriment ainsi : « Le Charisme a quelque chose à dire » là où nous sommes, en maintenant le cap vers les pauvres dans la proximité ; par une présence aimante, ouverte ; une écoute ; un accueil chaleureux à « tout venant » qui est à regarder comme un frère, une sœur à aimer, respecter, réconforter, soutenir…

« Être servante de l’Agneau de Dieu », c’est « Nouer le tablier, se lever chaque jour et servir par amour… ».

Le chemin pascal de l’Agneau est le chemin du serviteur. Combien de fois avons-nous été témoins de ce chemin de mort et de vie au cœur de la vie des personnes que nous avons accueillies…

L’eucharistie célébrée à l’évêché chaque matin ouvre nos journées. Ce pain partagé nous unit au Corps entier de l’Église universelle. La collaboration avec l’équipe dynamique présente à l’évêché, aura été un vrai bonheur dans notre mission d’accueil et de service.

Au cœur de l’Église du Lot et Garonne nous avons communié à son dynamisme. Tant de laïcs engagés, formés, lui donnent sa vitalité ! Nous porterons avec vous le souci de son avenir dans ces temps de plus en plus difficiles.

Nous partons riches de toute cette fraternité, là où une nouvelle vie nous attend avec nos âges. Comme le dit le psaume : « 70 en fait le compte, 80 est un exploit » (Ps 90, 10).

Un grand merci pour cette vie partagée dans la foi, avec le souci chacun de notre fidélité à l’évangile :
« Les fonctions dans l’Église sont variées, mais c’est toujours le même Seigneur » (1Co 12, 5-6)."

Sœurs Cécile, Renée et Emmanuelle