Le pape Benoît XVI démissionne, le 11 février 2013
 
 
 
 
 

Ce lundi 11 février 2013, le pape Benoît XVI a déclaré renoncer au ministère d'Évêque de Rome, charge confiée par les cardinaux le 19 avril 2005. Le 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de saint Pierre sera vacant. Le conclave pour l'élection du nouveau Souverain Pontife sera convoqué.

Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l'Église. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Évangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s'est amoindrie en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié. C'est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d'Évêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m'a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l'élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Frères bien-aimés, je vous remercie de tout cœur pour tout l'amour et le travail par lesquels vous avez porté avec moi le poids de mon ministère, et je demande pardon pour tous mes manques.

Maintenant, confions la Sainte Église au soin de son Pasteur Suprême, Notre Seigneur Jésus Christ et implorons Marie sa Sainte Mère afin qu'elle assiste de sa bonté maternelle les Pères cardinaux dans l'élection du nouveau Souverain Pontife.

En ce qui me concerne, dans l'avenir, je voudrais servir de tout cœur la Sainte Église de Dieu dans une vie dédiée à la prière.

Déclaration du Conseil Permanent

Réunis en Conseil Permanent ce lundi, nous avons appris la décision du Pape Benoît XVI de démissionner de sa charge.
Au moment où la nouvelle nous frappe, nous sommes d’abord stupéfaits puis admiratifs devant le courage dont Benoît XVI donne un bel exemple depuis son élection en 2005.
Nous gardons un souvenir reconnaissant de sa visite en France en 2008, de son passage à Paris, de son pèlerinage à Lourdes. Nous le remercions des encouragements attentifs qu’il a adressé aux évêques de France et, à travers eux aux catholiques de notre pays, lors des récentes visites ad limina.
À la suite de Jean-Paul II, le pontificat de Benoît XVI aura marqué l’Église catholique. Son engagement personnel dans le dialogue entre la foi et la raison, sa persévérance pour rétablir l’unité de l’Église et sa réflexion sur l’engagement social des chrétiens seront des signes durables de son pontificat.

+ André Cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris
Président de la Conférence des évêques de France et les membres du Conseil Permanent

117 cardinaux voteront au conclave 2013

À partir du 28 février 2013, les 117 cardinaux votants logeront reclus au Vatican. Le conclave qui élira le successeur du pape Benoît XVI sera régi par l'Ordo Rituum Conclavis de la Constitution apostolique "Universi Dominici Gregis", paragraphe 27.

Le Cardinal Camerlingue, qui préside aux sorts de l'Église durant la vacance du siège apostolique, est le Cardinal Tarcisio Bertone, nommé par le pape Benoît XVI le 4 avril 2007.

Les Cardinaux électeurs européens sont 61, latino-américains 19, nord-américains 14, africains 11, asiatiques 11, pour 1 seul provenant de l'Océanie. Le plus grand groupe est celui des Cardinaux italiens (21). Benoît XVI a créé 67 Cardinaux, les 50 restants ayant été nommés par son prédécesseur. Toutefois ces chiffres peuvent encore varier si certains décèdent d'ici le 28 février, date de vacance du Siège de Pierre.

Le 28 février 2013, les 117 Cardinaux votants logeront reclus dans la Domus S.Marthae du Vatican, selon la décision de Jean-Paul II, d'où ils gagneront la Chapelle Sixtine pour les votes. Durant tout le conclave ils sont absolument coupés du monde extérieur. Quant au poêle de la chapelle, il fonctionnera selon le système ancestral pour annoncer l'issue des votes.

Avec VIS du 11 février 2013