La visite ad limina
 
 
 
 
 

Les évêques de France ont accompli leur visite ad limina du 20 au 29 septembre 2012.

La visite « ad limina », ou plus exactement « ad limina apostolorum », entendez : « au seuil (des basiliques) des apôtres », est presque un rite ! Ou plus exactement une sympathique coutume !

C'est d'abord un pèlerinage sur les tombeaux de Pierre et Paul... C'est aussi un rappel de la visite, de Paul à Pierre (à Jérusalem), au tout début de l’Église. Mais c'est surtout une cérémonie de famille, un hommage au « pater familias », le pape, le premier des évêques, l'évêque de Rome !

La rencontre systématique du pape, remonte à très loin dans l'histoire de l’Église. Cette démarche s'est peu à peu organisée ; le concile de Rome en 545 l'a rendue « obligatoire »... En 1585 elle était triennale. Le droit canon en 1910, impose un rapport à Rome tous les cinq ans. Cette nécessité est réaffirmée en 1983, et Jean-Paul II précise combien de telles rencontres lui apportent.

Les évêques sont très actifs, ils travaillent entre eux pour présenter les projets ; ils rencontrent les dicastères (les institutions de la curie romaine, les ministères) ainsi que les responsables des congrégations.

Le rythme des visites est difficile à soutenir, il a tendance à se relâcher et à passer à une visite tous les sept ou huit ans... Ce qui compte avant tout c'est la qualité de la rencontre. Et puis il y a plus de 5 000 évêques dans l’Église catholique ! Toutes les régions du monde n'ont pas forcément les mêmes habitudes, les visites n'ont pas la même fréquence. C'est quand même pour le Saint-Père une contrainte écrasante qui s'ajoute à tout ce qu'il doit faire dans l'accomplissement de la lourde tâche qui lui a été confiée.

À partir du 20 septembre et jusqu'au début décembre, les évêques de France doivent être reçus en trois groupes. Notre évêque, Mgr Herbreteau, appartient au premier groupe avec tous les évêques voisins (une quinzaine), qui se sont retrouvés à Rome du 20 au 29 septembre. Les évêques avaient préparé chacun un rapport sur le diocèse dont ils ont la charge : cela contribue à l'information du Saint-Père et a pu servir de base à des discussions dans les dicastères.

On comprend que cette semaine au Vatican, dans la proximité du pape, donne aux évêques du tonus et du réconfort pour l'accomplissement de leur mission : la bonne administration de leur diocèse dans le cadre de l’Église de France, avec en toile de fond un monde de justice et de solidarité, tout près de chez nous mais aussi bien au delà sur notre terre !

Extrait du Catho 47 n°77

Connaître le bulletin diocésain

 
Page suivante : Culture ? Civilisation ?