Les Fols en Christ
 
 
 
 
 

Les relations entre les Églises orthodoxes et catholiques tendent à se normaliser ; les rencontres sont plus fréquentes, nous tournons plus souvent notre regard vers Moscou... Moscou et son extraordinaire cathédrale sur la place Rouge : la magnifique cathédrale de l'Intercession de la Vierge, un monument typique, très asymétrique avec de nombreuses chapelles et clochetons et beaucoup de couleur. Or, en fait, aujourd'hui et depuis longtemps, tout le monde parle de la cathédrale Basile-le-Bienheureux !

Basile est un personnage hors du commun : un « fol en Christ » !

Né en 1469 et mort vers 1550, il abandonne son métier de cordonnier à seize ans, et dès lors, déambule dans Moscou totalement dévêtu, couchant à la belle étoile, constamment en Carême, parfois chargé de chaînes. Il stigmatise mensonge et hypocrisie : ce fut le seul homme qui, au grand étonnement des contemporains, pouvait dire son fait à Yvan le Terrible, qui le craignait réellement ! On attribue à saint Basile (canonisé en 1580) bien des miracles durant sa vie ou après sa mort, à Moscou ou dans toute la Russie. Basile-le-Bienheureux fait encore l'admiration de beaucoup, qui d'ailleurs le prient et ont recours à son aide... Mais le cas n'est pas unique, l'Église orthodoxe compte de nombreux fols en Christ, les Russes parlent de « iourodivi ». Tous ont un côté surprenant, original... Ils parlent de manière énigmatique, crue et sans fioriture... Le cas de Raspoutine est bien connu ! Un personnage fascinant de l'histoire russe. Très prisé pendant de longues années, il nourrit à la longue de terribles légendes... Son protecteur Nicolas II finit par s'en méfier, non sans raisons...

En dehors du monde orthodoxe, on parle aussi des fols en Christ, mais plus rarement et avec des attitudes plus « normales » ; on peut citer saint Paul et plus récemment saint François d'Assise. 

Extrait du Catho 47 n°72 

Connaître le bulletin diocésain

 

 
Page suivante : Les ex-voto