L'église Saint-Phébade
 
 
 
 
 

Né dans la deuxième décennie du IVème siècle, saint Phébade est le premier évêque d’Agen connu et indiscuté.

Son épiscopat fut caractérisé par le combat contre les hérésies et par la défense de la pureté de la foi et de l’unité de l’Église. Son autorité fut reconnue dans toute l’Église latine, spécialement au concile de Rimini (359). C’est aux abords du Vème siècle qu’il mourut, probablement à Agen sous le nom de saint Fiari. Il fut enterré hors les murs. Canonisé par la piété des fidèles, Phébade a toujours été, dans son Église, l’objet d’un culte fervent. Sa fête est célébrée le 26 avril. 

Autrefois la ville d’Agen possédait une église dite Saint-Fiari, qui s’élevait non loin de l’église Sainte-Foy et de la collégiale Saint-Caprais, probablement dans la rue qui longe le collège Saint-Caprais et qui a conservé le nom de l’évêque. Cette église fut démolie au XVIème siècle.

Il a fallu plusieurs siècles pour que les agenais honorent de nouveau leur premier évêque en lui édifiant une chapelle, à l’emplacement d’une salle de réunion, au 18 rue Montaigne. L’entrepreneur chargé de cet ouvrage, M. Henri Donnadieu, est un ancêtre de la famille Pouymat, bien connue du quartier. Le « Journal de Lot et Garonne » des 23 et 24 décembre 1911 se fait l’écho de l’inauguration de cette chapelle, dépendance de la paroisse des Jacobins.

L’Église a connu depuis divers travaux et embellissements…

Article paru dans le Catho 47 n°71

 
Page suivante : Beauville