En Inde, des communautés chrétiennes agissent, des communautés chrétiennes souffrent
 
 
 
 
 


Des communautés chrétiennes agissent :

En Inde notamment, ces religieuses parmi la diversité de leurs actions d’évangélisation, portent une attention toute particulière à la PROMOTION FÉMININE. Je cite quelques extraits de leur dernière lettre :

Nous avons mis en route depuis un certain nombre de mois , des activités dont le but est le développement de la femme . Dans nos collines de KOLLI HILLS ( sud de l’ Inde ) ,les filles sont peu scolarisées , mais sont mariées à 16 – 18 ans . Aussi avons – nous créé une association d’ aide à leur autosuffisance , association reconnue par le Gouvernement comme O N G , dans le cadre du Mahalie Thittam ( programme de développement pour les femmes ) . Cette association compte une centaines de groupes de femmes (1240 personnes) dans douze secteurs différents. Le but est de leur apprendre à faire de petites économies en gérant la culture et la vente des produits agricoles. Ainsi change peu à peu le statut des femmes dans leur famille et dans la société. Des groupes de femmes ont exprimé le désir de planter des caféiers, des poivriers et des chênes. Auprès des service de l’ agriculture , notre association a pu se procurer 3000 plants de caféiers , 1700 plants de poivriers et 2000 chênes , distribués selon les besoins des groupes de femmes . De même, nous avons apporté une aide financière à une quarantaine de femmes pour qu’elles s’achètent un veau . Petit à petit ces femmes prennent conscience qu’elles apportent quelque chose à leur village et à la société, et leur savoir faire plaide pour leur reconnaissance.

Des communautés chrétiennes souffrent :

Dans l’ Etat de l’ ORISSA , à l’ Est de l’Inde sur le Golfe du Bengale , depuis Novembre 2007 , des communautés chrétiennes ( catholiques , baptistes ) sont victimes de fanatiques hindous sur fond de rivalités ethniques et de castes. Des milliers de chrétiens ont dù se cacher dans la jungle avant de rejoindre des écoles transformées en camps par les autorités pour sauver ces réfugiés de la mort. On estime, aujourd’hui, que près de 10 000 personnes s’y trouvent encore. Le bilan des violences serait de plusieurs centaines de morts par violence, de plus de 10 000 blessés, de 178 églises et plus de 4 000 maisons de chrétiens détruites ou incendiées. On ne compte plus le nombre de personnes qui pour sauver leur vie en sont réduites par serment à rejeter la religion chrétienne et à se déclarer hindous et à suivre les offices des temples sous peine de sévices. L’ Evêque du district, Mgr CHEENATH, vivrait dans des difficultés et le danger, soutenant de son mieux les populations chrétiennes en exil et pourchassées. (Sources La Vie de Décembre 2007)

François Boyer-Gibaud, février 2009