Culture, inculture, inculturation
 
 
 
 
 

Pas toujours facile la langue française !

Ainsi à propos de culture, culture d'une personne ou surtout d'un groupe, on peut être amené à parler parfois d' « inculture »... C'est clair ! On dénonce pour ces personnes, un « manque de culture », peut-être un défaut d'instruction ? Ou du moins des connaissances limitées dans le domaine considéré ?

Mais si nous lisons, s'agissant du christianisme par exemple : « la population de ce territoire est presque totalement inculturée », que devons-nous comprendre ?

Eh bien cette fois ce n'est pas un manque de culture qui est dénoncé, ni une ignorance, mais bien au contraire, une imprégnation de ces personnes par le christianisme (dans le cas présent)...

Culture, inculture... inculturer : il faut être prudent avec tous les mots de cette famille et se donner un instant de réflexion. Nous pourrions comprendre le contraire de ce qui est proposé. Heureusement le plus souvent, le contexte permet de saisir tout de suite ce qui doit être compris !

Extrait du Catho 47 n° 56

Connaître le bulletin diocésain

 
Page suivante : L'Incarnation