"Spe salvi", lettre encyclique du pape Benoît XVI, le 30 novembre 2007
 
 
 
 
 

Lettre encyclique du Souverain Pontife Benoît XVI sur l'espérance chrétienne

L'attente qui habite déjà le cœur de l'homme

Comment peut-on vivre ? Comment est-il possible d' « affronter notre présent », souvent marqué par l'égarement et la douleur ? Comment supporter chaque jour la difficulté de vivre ? C'est à ces questions - qui agitent le cœur de toute femme et de tout homme de notre temps - que veut répondre la deuxième Encyclique de Benoît XVI.

Tout comme Deus caritas est, ce document pontifical, de manière limpide et exigeante, réfléchit lui aussi sur une affirmation néotestamentaire, de saint Paul cette fois. La réponse de l'Évêque de Rome est à la fois convaincante d'un point de vue rationnel et pleine de confiance dans son ouverture à une nouveauté radicale. Et l'être chrétien - qui selon le pape n'est pas une idéologie ou une morale, mais la rencontre avec quelqu'un qui change véritablement la vie - fait chaque jour l'expérience de cette nouveauté radicale que Paul annonçait il y a près de vingt siècles : « Dans l'espérance nous avons tous été sauvés ». C'est-à-dire dans l'attente d'un avenir qui habite déjà le cœur de l'homme.

extrait de l'article du « L'Osservatore Romano » du 4 décembre 2007

pour en savoir plus