Que tes oeuvres sont belles, que tes oeuvres sont grandes !
 
 
Il semble que l'homme ait toujours été sensible à la grandeur de la nature, à sa richesse, à sa diversité et à sa splendeur ! Plusieurs cantiques le montrent.
 
 
 
Depuis maintenant un demi-siècle on se préoccupe d'écologie, déjà en milieu scolaire (sciences de la vie et de la terre), mais aussi dans la vie courante, et bien sûr en politique !

Dès l'origine de l'humanité, Dieu nous a confié  la création : il nous a missionnés pour la parfaire, participer à son achèvement et la protéger.

Il semble que l'homme ait toujours été sensible à la grandeur de la nature, à sa richesse, à sa diversité et à sa splendeur ! Plusieurs cantiques le montrent.

Pendant des millénaires, l'homme ne faisait pas grand mal à ce monde si riche : l'homme  n'était guère qu'un animal parmi les autres, un animal sans doute « supérieur »  – car, c'est certain – favori de Dieu !
Ce n'est qu'avec le feu, les outils, les langages, la communication et les échanges, que la trace des humains dans le monde primitif est devenue plus visible. Ce fut tantôt pour le bien de la planète, tantôt pour lui porter tort, mais toujours à échelle relativement réduite...
Vinrent les progrès, la connaissance et la prise de conscience de l'incroyable richesse du monde dont nous avions la responsabilité. Encore fallait-il le comprendre...

Nous avons chanté la beauté des paysages, la splendeur des montagnes et des océans... avec la science nous avons jugulé beaucoup de maladies, nous avons développé les industries et augmenté les rendements des cultures. Ainsi, l'homme a bien pris sa place dans la Création qui lui a été confiée...
Mais que de « bavures » : des forêts détruites, des mers dépeuplées, des paysages détruits à jamais, des déchets atomiques dont on ne sait que faire... Un air souvent irrespirable... Des guerres dues au refus de discuter, de partager.... Des guerres civiles...

Tout est-il si noir ? Des initiatives existent pour plus de soins pour notre terre et tout ce qu'elle porte !  Nos plages sont plus propres, dans nos forêts et nos torrents, il y a moins de carcasses de voitures abandonnées, le tri des déchets se généralise, les gaz d'échappement et les fumées sont surveillés, pas de doute il y a des progrès ! Il faut continuer, avoir toujours le souci de protéger la planète, comme on dit souvent : « la terre de nos enfants », d'ailleurs c'est continuer la mission que Dieu nous a confiée... Le Dieu des grands espaces et des larges horizons, comme nous chantons parfois, avec émotion.

Extrait du Catho 47 n°97
Connaître le bulletin diocésain
 
 
Page suivante : Le contenu des mots