Mgr Charles Coeuret-Varin (1838-1905)
 
 
 
 
 


Prêtre du diocèse de Bordeaux, Mgr Cœuret-Varin fut appelé à Agen en 1875 pour y devenir vicaire général. Par appel de l'Église, il prend possession du siège épiscopal en 1885 lorsque son prédécesseur, Mgr Fonteneau, est nommé archevêque d'Albi.

Voici un extrait de la première lettre pastorale adressée aux fidèles du diocèse : « Nous nous aimerons mutuellement, et mutuellement nous nous soutiendrons : nous en vous prêtant l'appui de notre autorité, vous en nous assurant celui de votre fidèle coopération; et c'est ainsi qu'à l'exemple des premiers chrétiens, nous marcherons d'un pas plus ferme à la conquête pacifique du royaume de Dieu, en ne formant tous qu'un seul coeur et qu'une seule âme « Cor unum et anima una » (Act.IV,32). »

À cette époque à Agen, les innovations et améliorations urbaines battent leur plein. Ce sont les fruits de la révolution industrielle. Après le pont-canal et la nouvelle ligne de chemin de fer, plusieurs constructions toutes neuves sont très admirées : la nouvelle gare, le nouveau clocher dela Cathédrale, l'église des Pères Carmes sur le coteau de l'Ermitage, mais aussi le lycée Saint Caprais.

Mgr Cœuret-Varin privilégia les visites pastorales dans les paroisses du diocèse. Il encouragea le rôle d'éducation des parents et les institutions éducatives religieuses. Il apporta son soutien aux missions diocésaines et à diverses oeuvres caritatives, tout en développant la formation permanente de ses prêtres par des retraites spirituelles régulières.

En 1897, pour le 12ème anniversaire de son sacre, Mgr Cœuret-Varin présida solennellement la bénédiction dela Croix de Nicole sur le Pech de Bère.

Il meurt le 23 février 1905, après vingt ans d'épiscopat à Agen, et à la veille de la Loi de séparation de l'Église et de l'État.