La confession... mode d'emploi !
 
 
 
 
 

Quelques suggestions pour vivre le sacrement de réconciliation en toute sérénité !

FAIRE SON « EXAMEN DE CONSCIENCE »

Un bien grand mot pour se mettre simplement en vérité face à Dieu, et lui demander de nous montrer ce qui fait obstacle à l’amour en nous. Chercher les péchés que nous avons commis envers Dieu, envers notre prochain, envers nous-mêmes. Il ne s’agit pas de faire une liste exhaustive de tous nos péchés, mais bien d’essayer d’être le plus vrai possible avec nous-mêmes…

« Le commencement des œuvres bonnes,
c’est la confession des œuvres mauvaises.
Tu fais la vérité et tu viens à la Lumière. »
St Augustin

ALLER RENCONTRER UN PRÊTRE

Dans chacune des paroisses, des prêtres sont à notre disposition pour nous donner ce sacrement. Se renseigner et prendre rendez-vous auprès de sa paroisse. Dans certaines églises, les confessions ont lieu de façon régulière chaque semaine (comme à la chapelle Ste Foy à Agen tous les samedis matin de 10 h à 11 h 30).

Enfin, pendant les temps de l’Avent et du Carême, des célébrations pénitentielles communautaires avec absolution individuelle sont organisées dans toutes les paroisses, comme une piqûre de rappel pour nous chrétiens invités à vivre ce sacrement au moins une fois par an ! 

« En célébrant le sacrement de la Pénitence,
le prêtre accomplit le ministère du Bon Pasteur
qui cherche la brebis perdue,
celui du Bon Samaritain qui panse les blessures,
du Père qui attend le fils prodigue et l’accueille à son retour… » CEC 1465

LES DIFFÉRENTS TEMPS DE LA CONFESSION

La rencontre avec le prêtre se fait seul à seul, dans le secret. Si on ne sait pas comment s’y prendre, cela n’a aucune importance, le prêtre est là pour guider la démarche.

1. S’accueillir mutuellement
Il s’agit de se situer ensemble, en Église, devant Dieu dans une attitude de prière et de confiance. On peut dire :

« Bénissez-moi mon Père parce que j’ai péché »
« Il y a (tant de temps) que je ne me suis pas confessé ».

Avec le prêtre on fait ensemble le signe de la croix. 

2. Écouter la parole de Dieu
À travers une lecture ou une phrase d’évangile, on peut dire quel appel on a pu percevoir, et le prêtre amorce le dialogue… Il est important de mettre un choix de textes à la disposition de ceux qui veulent se confesser. Le prêtre peut aussi orienter la personne vers tel ou tel texte de l’Écriture annonçant la miséricorde de Dieu et invitant à la conversion. 

3. Confesser l’amour de Dieu en même temps que notre péché
Dans notre foi en Dieu qui pardonne, et à la lumière de la Parole, on reconnaît et exprime alors nos péchés et ce que l’on doit changer dans notre vie pour vaincre les obstacles à la vraie rencontre de Dieu et des autres. Le prêtre pour sa part, en nous accueillant et en nous amenant à la lumière, nous révèle l’amour du Père. Il est, pour son frère, visage du Christ venu pour les pécheurs.
Le prêtre recherche avec nous un signe de conversion et de pénitence et il le propose au nom de l’Église : prière, partage, effort pour sortir de soi-même, de ses habitudes, et surtout, service du prochain. 

4. Accueillir le pardon de Dieu pour en être les témoins auprès de tous
On prie ensemble (le Notre Père, un psaume…).On peut aussi s’exprimer seul, soit en disant une invocation ou une prière, soit en s’exprimant spontanément.

Suggestions de prière :
   « Père, j’ai péché contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends pitié du pécheur que je suis ! »
   « Mon Dieu, j’ai péché contre Toi et contre mes frères, mais près de Toi se trouve le pardon, accueille mon repentir et donne-moi la force de vivre selon ton Amour. »
   « Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous avoir offensé parce que vous êtes infiniment bon et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce de ne plus vous offenser et de faire pénitence ».

Le prêtre, étendant les mains, donne alors l’absolution : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, je vous pardonne tous vos péchés », et invite à l’action de grâce : « Allez dans la paix et la joie de Dieu ». 

« La compréhension de la foi est celle qui naît
lorsque nous recevons le grand amour de Dieu
qui nous transforme intérieurement
et nous donne des yeux nouveaux pour voir la réalité. »
Lumen Fidei, chap. 26, pape François.

Extrait du Catho 47 n° 86 

 
Page suivante : L'Onction des Malades