L'histoire des diacres
 
 
 
 
 

Nous devons revenir aux premières années de l’Église...

Pour animer les premières communautés, il y avait les apôtres et les amis de Jésus, mais « qui » devait agir, et agir pour faire « quoi » ? Les fonctions n'étaient pas définies : outre la parole, l'annonce de la bonne nouvelle et la célébration, il y avait le concret en particulier le service, notamment le service des pauvres. À l'époque du Christ, la société se composait d'une part des « gens bien », ceux qui possèdent et commandent, et d'autre part des plus humbles, qui obéissent. Si on se réfère à la lettre à Timothée (3,8-16) et aux Actes (6,1-6), on tourne autour de la notion de « service » (diaconia), à la suite de Jésus.

Les sept choisis : Étienne, Philippe, Prochore, Nicanor, Timor, Parmenas et Nicolas – on dira plus tard les premiers diacres – sont aussi reconnus comme les premiers saints de l’Église. On cite de plus, Laurent de Rome (258), Vincent de Saragosse (304) et Jean Bernadone (fin du XIIe siècle) que nous connaissons plutôt comme saint François d'Assise et une foule d'autres, parmi eux notre Vincent du Mas.

Assez vite, une structure évêques - prêtres - diacres, s'installe ; les diacres ayant un service concret : mettre en œuvre les intentions de l'évêque et de la communauté, en particulier auprès des pauvres. Mais tous les cas sont particuliers. Ainsi le diacre Sanctus en 176 à Vienne, dirige une communauté « au nom de l'évêque » ! Beaucoup de diacres collaborent avec l'évêque pour la prédication. On verra des diacres devenir évêques, et même, Léon sera élu pape ! En général l'activité du diacre comprend la charité, le service de l'évêque et la liturgie.

Les siècles passent, l’Église se répand à la campagne. Les paroisses sont confiées à un prêtre, le curé ; les diacres lui sont subordonnés, alors que l'évêque a près de lui un archidiacre : une fonction administrative.

Progressivement le « service des pauvres » est assuré par les princes chrétiens et par les monastères… plus tard par des associations caritatives. Ainsi la fonction de diacre s'estompe, il n'est plus qu'adjoint liturgique en attendant d'être ordonné prêtre...

Dans les années 1940, les Pères de l’Église s'intéressent aux ministères et à la liturgie. En 1957 le pape Pie XII pose la question de la restauration du diaconat permanent... ce qui sera réalisé par Vatican II. Aujourd'hui, partout dans nos diocèses, des diacres permanents, ordonnés, assurent des tâches variées, en rapport avec leur profession et leurs charismes, des fonctions toujours très appréciées par la communauté. Ils rappellent à toute l’Église la parole de Jésus : « Je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir ».

Extrait du Catho 47 n°78

Connaître le bulletin diocésain

 
Page suivante : La visite ad limina