Ordination diaconale de Jérôme Pomié, le 7 octobre 2012
 
 
 
 
 

Jérôme Pomié a été ordonné diacre en vue du ministère sacerdotal, le dimanche 7 octobre à 15 h à la cathédrale d’Agen.

Une très nombreuse assemblée l'entourait ce jour-là de son amitié et de sa prière. 

Photos Claire Caillard

Le geste de l’imposition des mains, selon la longue tradition de l’Église, demande et signifie le don de l’Esprit Saint qui investit une personne pour lui confier une nouvelle mission. Le bourdon de la cathédrale sonne alors pour manifester le caractère solennel de ce moment. Cette ordination est venue conclure un long temps de discernement durant lequel, avec l’Église, il a réfléchi à l’appel particulier que le Seigneur lui a adressé. 

Quelques jours avant, Jérôme témoignait :

"Le 7 octobre, je serai ordonné diacre en vue du ministère sacerdotal. Cette ordination viendra conclure un long temps de discernement durant lequel, avec l’Église, j’ai réfléchi à l’appel particulier que le Seigneur m’adresse.

Vers le sacerdoce ministériel, cette ordination me configurera au Christ-Serviteur qui au soir de la dernière Cène, lave les pieds de ses disciples, signe de son amour « jusqu’au bout ». 

Dans une grande liberté, je me donnerai à Lui, m’engageant définitivement au célibat pour le Royaume des cieux, au service de Dieu et de mes frères.

Je prendrai l’engagement de prier chaque jour avec l’Église, pour elle et pour le monde, au moyen de la liturgie des heures.

Contemplant la douceur, l’humilité et la miséricorde du Seigneur Jésus dans son Évangile, je veux me mettre au service de ses gestes pour les pauvres, les malades, les pécheurs. Je désire lui rendre librement ma volonté pour qu’il fasse de moi l’instrument dont Il a besoin pour transmettre sa Parole et l’enseigner, diminuant toujours davantage pour que Lui grandisse.

Je promettrai de vivre dans le respect et l’obéissance en communion avec l’évêque d’Agen.

Chacune de mes promesses sera consolidée par le don de l’Esprit Saint, qui, sous le signe de l’imposition des mains, viendra me renouveler intérieurement et me gardera fidèle à la grâce reçue.

Le service auquel je suis appelé me portera à participer au Mystère de la Croix, élevant le calice à la fin de la prière eucharistique et distribuant aux fidèles du Christ son Corps.

Le diaconat me permettra de poursuivre la formation pour répondre à l’appel que le Seigneur me lance d’être configuré dans le Sacerdoce Ministériel au Christ beau Pasteur."