Sainte-Marie en Agenais, février 2014
 
 
Célébration de la Parole.
 
 
 
Le dimanche 3 février dernier, le père Philippe d’Halluin devant s’absenter a proposé que les paroissiens pratiquent une célébration dominicale de la Parole dans quatre églises : Saint-Pierre es liens à Pont du Casse, Saint-Martin de Foulayronnes à Foulayronnes, Saint Saturnin à Artigues, Saint-Caprais à La Croix Blanche.

La veille, le père Philippe d’Halluin avait dit une messe dominicale anticipée en l’église de Saint-Arnaud.

Le but était de célébrer le dimanche en l’absence de prêtre, suivant en cela le concile Vatican II qui avait déclaré :
« Dans les endroits sans prêtres, s’il n’y a aucune possibilité de célébrer la messe les dimanches et fêtes de précepte, on développera la célébration sacrée de la parole de Dieu, au jugement de l’Ordinaire du lieu, sous la présidence d’un diacre ou même d’un laïc qui en recevra le mandat. » (Sacrosanctum Concilium, 37).

Pratiquer ces assemblées dominicale de la parole avait plusieurs buts :
- Célébrer le dimanche au plus près des populations de fidèles.
- Ne pas abandonner les fidèles éloignés du centre paroissial et faire vivre les petites communautés autour des églises.
- Mobiliser les fidèles pour la préparation de la célébration.
- Exercer les fidèles à pallier l’absence de prêtres, absence qui risque de devenir plus fréquentes d’ici quelques années.

Très vite, spontanément, quatre équipes se sont constituées, et après discussion en équipe d’animation pastorale, l’un des participants a préparé un canevas général qui a été approuvé par le diacre et le curé. Chaque équipe s’est réunie pour un temps de préparation et pour désigner le rôle de chacun. Le schéma général retenu, qui permettait de centrer la cérémonie sur la Parole de Dieu et non de faire une pseudo messe comme cela se faisait naguère avec les ADAP (assemblées dominicales en l’absence de prêtres) fut le suivant :

Après un mot d’accueil expliquant brièvement ce qu’était une assemblée dominicale de la parole, un psaume « invitatoire » fut lu ou chanté, suivi du Gloria, puis d’un extrait du livre des Lévites, du Psaume de ce dimanche, des lectures de l’Épitre et de l’Évangile. Un commentaire de l’Évangile fut proposé par l’un des participants ou un échange par l’ensemble des participants. Suivirent : une prière de conversion, le Credo, la Prière Universelle, le Notre Père, un chant d’action de grâce, la prière de notre évêque pour les paroisses, les annonces.

Dans chacune des quatre églises, un petit groupe de fidèles s’est donc retrouvé (une quarantaine au total), et le sentiment général fut celui d’une certaine satisfaction d’avoir entendu et dit tous ces textes autour de la Parole de Dieu. Des liens un peu différents se sont établis entre les personnes présentes. Les équipes de préparation étaient heureuses du travail accompli.

On pourrait comparer alors le fonctionnement dominical à celui d’un cœur : la systole répand les paroissiens aux périphéries au cours d’Assemblées Dominicales de la Parole (petites communautés locales autour des nombreuses églises), la diastole les rassemble dans une église centrale autour de l’Eucharistie.

Une nouvelle dynamique paroissiale pourrait naitre ainsi qui éviterait les « laissés pour compte » ou des sentiments d’abandon de personnes vivant loin du centre paroissial.