Temps de l'Avent
 
 
Que signifie aujourd'hui se préparer à la venue du Sauveur qui est déjà venu ?
 
 
 
L’Avent qui vient du latin adventus c'est-à-dire venue, arrivée, avènement est ce temps de quatre semaines qui précède la fête chrétienne de Noël. Il nous prépare à la venue de Jésus au milieu des hommes. Il commence le quatrième dimanche avant Noël et marque pour les catholiques le début de l’année liturgique.

Le Seigneur est venu, Il est mort, Il est ressuscité, vivant éternellement, Il reviendra : c’est le mystère de notre foi… Mais Il vient sans cesse !

L’annonce de la venue de Jésus pour sauver tous les hommes nous invite à l’espérance et à la conversion. Sa venue et sa présence réelle dans l’Eucharistie transforme nos cœurs et nous remplit de joie et de paix. L’attente de son retour à la fin des temps nous encourage à être des veilleurs disponibles à accueillir sa Parole.

Nous sommes accompagnés ces quatre semaines par les visages de Jean le Baptiste et de la Vierge Marie.

La Couronne de l’Avent :

Allumer chaque semaine une nouvelle bougie sur la couronne de l’Avent, c’est manifester notre désir de voir se lever « la vraie lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jean 1,9) : au fur et à mesure, les ténèbres diminuent et la lumière grandit.

A l’église ou à la maison, chaque bougie peut inviter à une attitude du cœur :

  • la vigilance - 1er dimanche
  • la patience - 2ème dimanche
  • la réjouissance - 3ème dimanche
  • l’alliance - 4ème dimanche

Grande ou plus petite la couronne de l’Avent est confectionnée avec un feuillage qui ne se fane pas : houx, thuya, sapin... Née chez les luthériens d’Allemagne du Nord au XVIème siècle, la couronne de l’Avent a gagné la France dans les années 1980. 

Prière de Jean Debruyne : 

Dieu tu as choisi de te faire attendre tout le temps d’un Avent.
Moi, je n’aime pas attendre dans les files d’attente.
Je n’aime pas attendre parce que je ne vis que dans l’instant. (…)
Mais toi, dieu, tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent.
Parce que tu as fait de l’attente l’espace de la conversion,
le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’use pas. (…)
Parce que seule l’attente réveille l’attention
et que seule l’attention est capable d’aimer.
Tout est déjà donné dans l’attente,
et pour toi, Dieu,
attendre se conjugue comme prier.
 

Organiser des Temps de prière en famille

 

 
Page suivante : Noël