Les crèches de Noël
 
 
 
 
 

Un peu d'histoire ! C'est Luc qui décrit le lieu et les conditions de la naissance de Jésus : à Bethléem, l'enfant, fils de Dieu, est déposé dans une mangeoire, en latin « cripia » qui se déformera en « crèche »...

Mais cela finit par désigner plutôt l'étable, sans doute une grotte aménagée, comme souvent en Palestine... Dès le IIIème siècle, une telle grotte est vénérée par les chrétiens à Bethléem, on peut supposer que c'est celle dela Nativité...

L’Europe du Moyen-âge appréciait des représentations scéniques, souvent crues et équivoques, autour de la naissance de l'enfant divin. Ces spectacles touchaient parfois à des rites païens. L’Église n'appréciait pas ! Elle a réagi en proposant des saynètes ou des pièces de théâtre, appuyées sur les Évangiles de Matthieu et de Luc. On prête à saint François d'Assise l'idée de la crèche, sous forme de crèche vivante à Noël 1223.

Au XVIème siècle apparaissent des crèches un peu comme les nôtres ! Une des premières à connaître un certain succès est celle de Prague en 1562. En plus des crèches « grandeur nature », les crèches se miniaturisent avec des personnages en verre, en porcelaine ou simplement en argile et même tous matériaux : bois, mie de pain, papier mâché... et matière plastique ces dernières années !La Révolutiona contribué à cet essor de crèches à la maison, puisque les présentations en public ne pouvaient se concevoir…

Dès lors tout un commerce se développe : des petits personnages sont fabriqués, très décoratifs ; ils représentent les acteurs de la vie locale et des régions avec leur originalité.
La Provencenotamment, nous a donné les « santouns » : les « petits saints » ou mieux, les santons.
Nous connaissons la richesse de cette production : tous les métiers sont présents, surtout les artisans et les acteurs, tous simples, de la vie quotidienne. Ce sont de petits chefs-d’œuvre très colorés et toujours typiques dans les détails.

Les crèches sont souvent mises en place dès l'Avent, elles resteront jusqu'après l’Épiphanie, après la visite des Mages. Il est facile de réaliser des crèches avec les enfants, à la maison. Du bois de cagette, du carton, de la paille, de la mousse, du papier, des couleurs, du goût et un peu d'imagination suffisent souvent. Il peut y avoir des dizaines de personnages, mais trois pourraient suffire ; je pense à une crèche réalisée par un enfant à partir d'une boîte d'allumettes, à l'intérieurla Vierge, saint Joseph... et l'enfant : très beau sur la cheminée ou sur la table de nuit !

Très différentes existent aussi les crèches vivantes dans les villages, dans les paroisses, réalisées avec les paroissiens de tous âges… Il s'agit de rendre hommage à cet enfant qui vient parmi nous humblement, pour que règne davantage dans le monde la justice, la paix, l'espoir.

Attention dans certaines villes, des « crèches » peuvent être présentées maintenant, par des groupes sans lien avec les paroisses et sans aucun rapport avec la religion : des crèches « laïques » en somme !... Peut-être pour combler un manque dans ce monde déchristianisé, ou bien pour palier un excès de laïcité ?

Extrait du Catho 47 n°79 

Connaître le bulletin diocésain

 

 
Page suivante : L'histoire des diacres