Visite pastorale de la paroisse Saint-Martin du Dropt, du 4 au 10 juin 2012
 
 
 
 
 

La visite pastorale : un moment très préparé avec la volonté de tous d’en faire un moment de convivialité et de fête autour du père Évêque. Ainsi fut fait ! Visite des églises, rencontres avec les chrétiens et les élus, débats aussi dans les repas, Conseil pastoral ouvert au public…

Une rencontre importante s’est vécue avec le monde agricole et viticole :

Nous étions quinze autour de la table, une présentation de chacun a été faite… Elle devait être succincte, mais a fait, à elle seule, les 3/4 de la rencontre ! Chacun s’est présenté au plus profond de lui-même, des plus anciens migrants aux plus jeunes installés. Des situations très différentes les unes des autres, tant au plan économique que dans la diversité de cultures et de fonctionnement.

Le problème laitier a été abordé par Damien : il y a mutations dans les laiteries, des producteurs qui ont fait le choix de livraison indépendante (Espagne). Reine a parlé des petites exploitations pluri productives où l’on n’arrête jamais, c’est la galère et des soucis de transmission. Trois jeunes vignerons ont surtout parlé de problèmes de commercialisation des petites structures : vente directe avec ses contraintes (Patrick a dû nous quitter car il devait se lever à 4 h du matin pour un rendez-vous à Montargis). Fabrice nous a dit que, pour lui, c’était un choix, que cela ne servait à rien d’être « gros », si l’on ne voit pas le fruit de son travail et s’il n’y a pas de vie de famille ! Jean-François est producteur laitier avec un salarié. Il est debout à 5 h chaque jour. Les voisins se moquent de lui quand il achète du matériel neuf. Quelquefois, il est tenté de baiser les bras, de vendre tout et de vivre avec le capital, mais par respect des anciens, il ne le fera pas.

Nous avons évoqué le peu de place qui est faite à ceux qui nourrissent par leur travail la société.

La semaine s’est achevée bien trop vite par la messe solennelle de clôture dans la Salle des Maréchaux du château de Duras.

L’homélie de la messe d’envoi nous a renvoyé à la fête du Corps et du Sang du Christ de ce jour. Le riche patrimoine (à entretenir), les statues et les vitraux, nous montrent des exemples de vie à poursuivre à la suite des Saints. Tout cela doit nous ouvrir à l’Eucharistie, une Eucharistie féconde « l’authenticité de l’Eucharistie, c’est l’attention et l’aide que nous apportons à nos frères… ».

Cette fécondité doit se continuer aussi à travers l’accompagnement des familles en deuil : vingt-sept laïcs ont été reconnus pour vivre cet accompagnement.

Découvrir, vivre l’Eucharistie n’est ni évident, ni facile. Réapprendre à sanctifier le dimanche est vraiment à vivre et inventer. Le dimanche, « Vous organisez des temps de célébration autour de la Parole de Dieu. Heureuse initiative ! En effet il s’agit de creuser le désir de l’Eucharistie… »

Reine a été envoyée en mission comme déléguée pastorale pour « favoriser la communion entre tous. Communion et Eucharistie nous engage à vivre fraternellement. »

Enfin, notre évêque a été lui aussi envoyé en mission pour faire connaître les vins du pays en étant intronisé comme membre du Maréchalat des vins du Pays de Duras.

Extrait du Catho 47 n°76
En savoir plus sur cette paroisse