Le viatique
 
 
 
 
 

C'est l'homélie, les fidèles sont attentifs... soudain - je sens, tourné vers moi, le regard inquiet de mes petits-enfants ! D'ailleurs dans la foule il y a un léger mouvement... Tout à fait incidemment, le prêtre vient de parler de « viatique »... viatique ? - mais qu'est-ce donc ?

Très simple : pour le dictionnaire, ce sont d'abord les provisions données à un voyageur (nourriture ou argent). En particulier un moine en déplacement peut recevoir un viatique.

Le viatique c'est ce qui soutient. Mais via donne l'idée de « route »…

Curieusement - pour la petite histoire - le viatique était chez les Grecs dans l'Antiquité, la pièce de monnaie (une obole) mise dans la bouche du mort pour régler à Charon, (le « passeur des Enfers »), le péage nécessaire pour franchir l'Achéron ou le Styx et accéder au séjour des morts...

Dans le monde catholique romain, c'est l'Eucharistie ; l'Eucharistie reçue par un malade en danger de mort... Depuis Vatican II, le viatique est la communion - éventuellement sous les deux espèces si l'état du malade le permet. Ce dernier renouvelle le sacrifice du Christ mort et ressuscité.

Dans la paroisse tout simplement, c'est aussi « la communion », (l'hostie) apportée avec grand respect, dans une custode ou un linge immaculé, à un malade qui ne peut se déplacer...

À bien y réfléchir ces définitions ont bien une idée commune « de voyage, d'aide au voyage... et de provisions de route » !

Extrait du Catho 47 n° 53

Connaître le bulletin diocésain

 
Page suivante : Les Vierges couronnées