Message de Carême de Mgr Hubert Herbreteau
 
 
 
 
 

Chers diocésains,

Un carême, c’est toujours un temps fort pour notre vie chrétienne. Il importe donc de bien le commencer. Pendant plusieurs semaines, nous sommes appelés par le Seigneur à changer notre vie, à le choisir un peu plus en profondeur, à nous convertir.

La vie chrétienne exige une continuelle conversion. Nous avons été baptisés à une date précise de notre existence. Cependant, nous avons à vivre en baptisés chaque jour et tout au long de notre vie

Pour vivre cette conversion, faut-il rappeler les trois accents qui caractérisent le carême : la prière, le jeûne et le partage ? Au cours de ce carême, prenons une vraie décision, celle de devenir un peu plus disciples du Christ : « Voici le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.» (2 Co 6,2)

Le 11 février dernier, beaucoup de personnes du diocèse ont participé, à Aiguillon, à une conférence donnée par le Père dominicain Alain Durand au sujet de la pauvreté, de la justice et de la charité. Les paroles prononcées par le conférencier, ce soir-là, rejoignent celles du pape Benoît XVI dans sa dernière encyclique Caritas in veritate.

Dans son message de carême, le pape évoque le chapitre 25 de l’évangile de Matthieu : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’étais étranger et vous m’avez accueilli… » Pour le pape, le service des pauvres est indissociable de la relation au Christ : « Tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

C’est un appel sans équivoque à s’engager dans la construction de sociétés justes où tous reçoivent le nécessaire pour vivre selon leur dignité humaine et où la justice est vivifiée par l’amour.

Le pape précise : « Dans la crise actuelle, les mécanismes qui produisent la pauvreté et accentuent les inégalités sociales blessent la vie, frappent avant tout les plus faibles. Une telle situation nous engage à promouvoir un développement intégral pour lutter contre la misère » (Angélus du dimanche 7 février).

Les propos de Benoît XVI sont une invitation pressante à prendre en compte les droits fondamentaux de la vie humaine : droit au logement, à la vie de famille, à l’éducation ; nécessité de se nourrir et de vivre dans un environnement aimant ; recherche d’une bonne santé…

Lorsque ces besoins fondamentaux sont bafoués, c’est le glissement vers la pauvreté. Pauvreté matérielle mais aussi affective.

En ce carême, nous devons tous œuvrer à remettre l’homme debout. Ce que nous faisons au quotidien, dans nos associations, dans notre vie de quartier est d’une grande importance. Bon carême à tous !

Mgr Hubert HERBRETEAU
Évêque d'Agen

le 18 février 2010