Interview de Mgr Hubert HERBRETEAU réalisée par Claire Caillard du Courrier Français, le 25 avril 2008
 
 
 
 
 

« Le rôle d'un évêque, c'est d'aimer les gens »

Le 24 avril 2005, Mgr Hubert Herbreteau était ordonné évêque d'Agen. Trois ans après, il porte un regard bienveillant et optimiste sur le diocèse et sur l'avenir de l'Église.

Courrier français : Mgr Herbreteau, il y a trois ans, pour la première fois vous étiez ordonné évêque. Comment vivez-vous cette fonction ?

Mgr Herbreteau : Pour moi, un évêque doit être un pasteur et aller vraiment sur le terrain. Je ne conçois pas mon rôle autrement que d'aller voir les gens, rencontrer toutes les générations, dans tous les lieux. Son rôle est d'être proche du peuple qui lui a été confié. Je fais beaucoup d'effort pour retenir les prénoms et ce qui fait l'humanité des gens : leur travail, leurs soucis... La mission de l'Église est d'être pleinement enracinée dans la vie des chrétiens d'aujourd'hui. Le rôle d'un évêque, c'est d'aimer les gens. Cela suppose aussi beaucoup de délicatesse. C'est n'est pas d'emblée que l'on pourra leur parler du Christ.

Il faut aussi être en relation permanente avec ses prêtres, qui sont les collaborateurs privilégiés. Quand ils me demandent un rendez-vous, je leur dis oui tout de suite. Les prêtres sont parfois un peu fatigués, mais généreux dans le Lot-et-Garonne. Chacun se donne à sa façon, avec son tempérament. Je dois les aider à vivre la charité pastorale, c'est-à-dire à aimer les gens tels qu'ils sont, croyants ou non croyants, à entrer en relation avec eux et à témoigner de l'amour de Dieu, de sa miséricorde. Il faut aider les gens à avancer dans leur vie chrétienne.

Courrier français : Quelle regard portez-vous sur le diocèse d'Agen ?

Mgr Herbreteau : Le nombre de chrétiens est peut-être moins important que dans d'autres diocèses mais les paroisses sont bien vivantes. Je note des signes de renouveau, notamment pour ce qui se fait autour de la catéchèse, comme les « Dimanches autrement ». Il y a eu aussi le souffle du rassemblement Ecclésia de 2007. Dans ce diocèse, on a aussi la chance d'avoir des services diocésains qui travaillent bien ensemble, autour d'actions communes. Par exemple, tous les services sont un peu concernés par les nouvelles orientations de la catéchèse. Les établissements d'enseignement catholique sont importants dans le Lot-et-Garonne, il y en a un peu partout. J'essaie de valoriser leur dimension chrétienne. Quelle annonce de la foi est faite dans ces écoles? Comment se fait la collaboration entre ces établissements et les paroisses ? Ce sont des lieux par lesquels le diocèse peut rencontrer les jeunes.

Courrier français : Selon vous, quelle est l'évolution du rôle du prêtre ?

Mgr Herbreteau : Aujourd'hui, le prêtre a de plus en plus à déléguer ses responsabilités. Il a besoin de s'entourer de personnes de confiance, compétentes, qui ont une vue d'ensemble de la pastorale, comme les délégués pastoraux. Autrefois, quand les prêtres faisaient tout. Notre chance dans le Lot-et-Garonne est d'avoir achevé une réforme financière dans toutes les paroisses, qui doivent avoir un comptable et un trésorier. Le prêtre peut donc se consacrer davantage à l'accompagnement spirituel des gens. Il s'occupe moins de choses matérielles, et plus du spirituel. Dans le département, l'implication des laïcs est assez forte, même si malheureusement ce sont des personnes d'un âge certain, de 50 à 60 ans. Il faudrait que les générations plus jeunes prennent plus de place dans la vie de l'Église.

Courrier français : Vous avez eu beaucoup de responsabilités vis-à-vis des jeunes. Comment voyez-vous l'évolution de la foi chez les jeunes ?

Mgr Herbreteau : C'est une génération qui a davantage d'intériorité. Ils ont un acquis : une recherche de vie spirituelle. Cela passe par du silence, par des temps de prière. Les lycéens ont beaucoup apprécié d'aller à Taizé. Par le biais de l'école, les jeunes ont acquis un sens critique. La catéchèse doit donc valoriser le travail de la raison. L'enthousiasme ne suffit plus, il faut que les gens apprennent à raisonner leur foi. On veut comprendre, travailler plus les évangiles... C'est une génération fragile, vulnérable dans un monde qui bouge. Beaucoup d'adolescents se sentent abandonnés et ont un grand besoin d'être aimés. L'Église peut répondre à ce besoin de vie fraternelle et chaleureuse.

Courrier français : Selon vous, quel est l'avenir de l'Église ?

Mgr Herbreteau : Plutôt bon. Il y a peut-être moins de prêtres, et cela est une vraie question et une vraie douleur. Mais les communautés chrétiennes sont plus responsables. Le fait qu'il y ait moins de prêtres, cela peut les rendre plus inventives, pour trouver de nouvelles formes de vie en Église. Les chrétiens peuvent se charger par exemple d'animer des temps de prière, et ils n'ont pas besoin d'être guidés par des prêtres dans le domaine caritatif.

L'Église aura toujours à donner une image d'espérance. C'est l'institution qui développe le plus cette notion. Son rôle est aussi d'éveiller les consciences, pour que les chrétiens s'engagent un peu plus dans les réalités du monde, qu'ils diffusent le message de l'Évangile.

Biographie

Un évêque proche des jeunes

Mgr Hubert Herbreteau est né le l0 juin 1948 à Vendrennes (Vendée). Après des études primaires à Vendrennes, il a poursuivi ses études secondaire aux Petits Séminaires de Chavagnes en Paillers et des Herbiers (1961-1967), au Grand Séminaire de Luçon (1967-1969 et 1971-1972), puis au Grand Séminaire de Nantes (1972-1973). De 1969 à 1971, il a été professeur au collège catholique de Montaigu, et a effectué un stage pastoral à Aizenay (1973-1975). Il a été ordonné prêtre le 22 juin 1975 à La Roche-sur-Yon, pour le diocèse de Luçon.

De 1975 à 1979, il est vicaire à la paroisse des Essarts, puis à Aizenay (Pastorale des jeunes, catéchèse des adolescents, aumônier du MRJC). Puis, pendant deux ans, il suit des études à l'Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC) de l'Institut Catholique de Paris, où il obtient une maîtrise en théologie pastorale catéchétique. En 1981, il devient responsable du Service diocésain de Catéchèse puis, en 1990, responsable du Service adolescence du Centre national de l'Enseignement Religieux (CNR) à Paris. Responsable diocésain de la Formation permanente des prêtres et des laïcs en 1991, il devient, en 2001, Vicaire épiscopal pour la zone pastorale « Côte et Marais breton », et responsable diocésain de la pastorale du tourisme et des loisirs. Avant de quitter la Vendée pour être ordonné évêque d'Agen, le 24 avril 2005.

Il a publié quatre ouvrages consacrés à la catéchèse et à l'accompagnement des jeunes : Comprendre les cultures des jeunes - Du rap au journal intime (1977), Accompagner un groupe de jeunes (1977), Les chemins de l'expérience spirituelle - Repères pour accompagner les jeunes (2000) et La confirmation tout simplement (2001).

Les chantiers du diocèse

Nouvelles paroisses, nouvelle catéchèse

Achever la réorganisation des paroisses, proposer une nouvelle catéchèse, mieux former les prêtres et poursuivre l'élan donné à la pastorale des jeunes, tels sont les projets de Mgr Herbreteau pour sa 4e année de diaconat.

Trois ans après son ordination, Mgr Herbreteau va officialiser la 23e paroisse du diocèse, le dimanche 27 avril à Duras. Il ne restera alors plus que trois paroisses à créer. L'objectif de la restructuration des paroisses est de s'adapter au manque de prêtres en regroupant des paroisses jusque-là séparées et en donnant davantage de responsabilités aux laïcs, afin d'aider les prêtres dans leurs tâches. « Fonder une paroisse, c'est mettre en place une structure, mais cela ne pourra réussir que s'il y a une vie spirituelle et un esprit missionnaire de la part de tous les paroissiens », souligne Mgr Herbreteau. Au premier trimestre 2009, pour célébrer la fin de ce chantier, toutes les nouvelles paroisses seront rassemblées à l'occasion d'une fête. Puis « je voudrais entreprendre des visites pastorales, paroisse après paroisse, afin de voire, pendant 5 à 6 jours, tout ce qui fait la vie d'une paroisse : les écoles catholiques, les groupe du CCFD, du Secours catholique, les chorales, les mairies... », annonce l'évêque d'Agen.

Une catéchèse vivante

Un autre grand chantier est le renouvellement de la catéchèse. Après le congrès Écclésia à Lourdes, en octobre 2007, chaque diocèse doit rédiger un projet de catéchèse. Les services diocésains de la catéchèse et du catéchuménat réfléchissent à des idées avant que les paroisses ne planchent sur ce sujet. A partir de ces réflexions, Mgr Herbreteau rédigera un projet diocésain. « Aujourd'hui, la catéchèse ne s'adresse pas qu'au monde des enfants. Elle se fait à tous les âges de la vie. Il faut aussi saisir certaines occasions de faire de la catéchèse, par exemple lorsque des fiancés demandent le sacrement du mariage ou que les parents demandent à faire baptiser leurs enfants. La catéchèse doit être liée à la liturgie. Aujourd'hui, on ne voit pas à la messe des enfants et des adolescents qui reçoivent une catéchèse. Enfin, la catéchèse peut se faire dans différents lieux : la paroisse, la famille, l'école catholique, le pèlerinage... » Dernièrement, le 30 octobre 2007, Mgr Herbreteau a publié des Orientations pastorales pour le diocèse d'Agen sur le thème Célébrer les Baptêmes des petits enfants. Le but était d'inciter les parents qui demandent ce sacrement pour leur bébé à s'interroger sur le sens de leur démarche. « Il faut accueillir les demandes de sacrement des gens, mais aussi faire un chemin avec eux, leur demander leurs motivations car le sacrement doit être proposé pour nourrir la foi. Quand ce n'est qu'un rite familial, cela pose question. »

Par ailleurs, Mgr Herbreteau souhaite « mettre l'accent sur les rencontres fraternelles entre prêtres, avec des temps de ressourcement spirituels et une formation intellectuelle, en leur proposant un jour de formation par trimestre sur des sujets actuels, avec des spécialistes : sur les lois bioéthiques, la mondialisation... Ce sera un des objets de ma prochaine lettre pastorale. »

À Agen depuis trois ans, Mgr Herbreteau souligne l'élan donné à la pastorale des jeunes « grâce à Damien Delpech », son coordinateur, dont les fonctions prendront fin en septembre prochain. « Il a mis en place beaucoup d'activités : la marche des Rameaux, le camp des jeunes à Lourdes, des temps de catéchèse pour les jeunes et les plus âgés, les aumôneries... Je souhaite que ce grand dynamisme continue. »

Claire Caillard
25 avril 2006 - Courrier Français