Légendes, mythes et fables
 
 
Notre christianisme est fondé sur la foi, qui ne peut que rarement se justifier !
 
 
 

Il nous arrive  de parler « religion » tout à fait en dehors de l’Église, lors d'une soirée, lors d'un voyage, ou en bien d'autres circonstances. Les opportunités sont fréquentes ! C'est toujours passionnant, même si la qualité du « débat » résulte des convictions de l'interlocuteur !

Des mots reviennent souvent, surtout si on discute avec une personne plutôt septique, voire athée ou très réservée, en ce qui concerne « le religieux »...

On peut nous parler de : 

      Légende – « légende que tout cela » !

Hé-hé... ne nous plaignons pas! Ce n'est pas tout à fait négatif ! À la base de toute légende il y a normalement une part de vérité. Souvent la base même de ce qui est proposé est historique mais transformée par l'imagination populaire... Pour discuter,  il va falloir « argumenter » habilement, avec une information suffisante et bien documentée...ce n'est pas désespéré !

Hélas, on peut attaquer nos dires plus gravement si on les qualifie de :

       Mythe – car le mythe est un rêve, il ne se fonde sur rien de concret ! C'est une image virtuelle ! Souvent une belle image...   mais comment construire sur du sable ? Le mythe est allégorique, il a un caractère merveilleux : il peut se rapporter à des animaux fabuleux. L'Âge d'or  dans l'histoire de la civilisation est un mythe ; ainsi dans Isaïe (11,6) - à ce propos –  on trouve « le loup qui séjourne avec l'agneau » ou « la panthère qui s’accroupit avec le chevreau » ! 

À propos de notre credo, on peut aussi nous parler de :

        Fable – ce n'est pas si mal !

Car une fable est éducative, mais elle est « artificielle », formatrice… elle se termine par une « moralité » qui devrait nous guider dans la vie. Pensons aux fables bien connues, du fabuliste de La Fontaine ….

La fable est une cousine de la parabole : un moyen pédagogique si souvent utilisé par le Christ lorsqu'il enseignait la foule !

Notre christianisme est fondé sur la foi, qui ne peut que rarement se justifier ! On croit – ou   on ne croit pas ! Pas question de prouver la doctrine chrétienne : on parle de dogme. Pour le chrétien c'est indiscutable !

Extrait du Catho 47 n°93 

Connaître le bulletin diocésain

 

 
Page suivante : Les servants d'autel